>

Pris dans les filets de l’esclavage

21 mars 2017

Sur le lac Volta au Ghana, des milliers d’enfants sont exploités dans l’industrie de la pêche, conduits à exercer sous la contrainte des travaux dangereux qui mettent leur vie en danger. Voici l’histoire d’un garçon qui a réussi à s’échapper.

Photo: Lac Volta, Ghana (Christine Bedenis, Challenging Heights)

©lisakristine.com

Kobina n’a que quinze ans mais déjà une longue vie de dur labeur et de violence derrière lui.

Pendant sept ans, il a travaillé sur le lac Volta du Ghana – il était l’un des milliers d’enfants pris au piège du travail forcé dans les villages bordant le lac. Beaucoup d’entre eux viennent d’autres régions du Ghana et du Togo et sont échangés par leurs parents ou membres de la famille contre de l’argent dont ils ont grand besoin et dans l’espoir de voir leurs enfants apprendre un métier.

Lake-Volta-for-websiteAvec le déclin de l’industrie de la pêche, les enfants constituent une main-d’œuvre bon marché sur le lac Volta – Crédit: Christine Bedenis, Challenging Heights

«Je suis né en Côte d’Ivoire, mais ma famille vient de Winneba sur la côte ghanéenne. Mon père m’a ramené au Ghana quand j’avais 5 ou 6 ans», explique Kobina. «Après la mort de mon père, mon oncle m’a emmené à Yeji sur le lac Volta. Je ne me souviens pas comment nous y sommes arrivés, mais je me rappelle avoir vu des choses sans savoir ce qui se passait».

Sous les coups et les insultes, il devait se lever à l’aube pour travailler de 4 heures à 14 heures. Il lançait et tirait les filets et risquait de mourir en plongeant pour les détacher quand ils se prenaient dans les souches d’arbre au fond du lac.

«Un jour, j’ai vu un autre enfant se noyer», se souvient Kobina. Mais sans argent, il n’avait aucune chance de pouvoir s’enfuir.

Il a commencé à réunir un peu d’argent en vendant secrètement du poisson pour son compte. Puis il a attendu l’occasion de s’échapper.

«Un jour, mon oncle est retourné à Winneba sur la côte pour assister à des funérailles me laissant seul avec ma tante. Quand elle s’est rendue au marché, j’ai utilisé le peu d’argent que j’avais pour acheter un billet de ferry et je me suis rendu à Accra puis à Winneba avec l’aide d’un ami».

«Quand je suis arrivé à Winneba, je suis allée chez une autre tante. Elle savait que j’étais supposé être avec son frère sur le lac Volta, elle m’a donc demandé ce que je faisais là. Je lui ai dit que je voulais aller à l’école. Mais mon oncle m’a retrouvé et est devenu violent».

Cependant, sa tante a décidé de l’aider quand elle a appris que son oncle prévoyait de le négocier à nouveau. Elle a donc conseillé à Kobina de s’enfuir.

Au début, il ne savait pas où aller mais il a finalement rencontré quelqu’un qui l’a emmené dans un centre de réinsertion géré par Challenging Heights, une organisation à but non lucratif qui aide les enfants à échapper au travail forcé dans l’industrie de la pêche au Ghana. Challenging Heights a contribué à l’élaboration des principes directeurs de l’OIT pour lutter contre les pires formes de travail des enfants dans le pays.

Kobina-fufu-for-website Kobina aide à piler du foufou au centre de réinsertion – Crédit: Christine Bedenis, Challenging Heights

Bien que n’ayant jamais été scolarisé, Kobina a atteint le plus haut niveau de cours au centre de réinsertion.

Avec l’aide de Challenging Heights, il est maintenant de retour chez sa tante et a commencé un apprentissage pour devenir tailleur.

Kobina-tailor-for-website Kobina lors de son apprentissage de tailleur – Crédit: Christine Bedenis, Challenging Heights

«Il existe des milliers d’enfants qui, comme Kobina, ont été victimes de la traite et contraints de travailler sur le lac Volta, victimes d’abus et privés d’éducation. Nous ne faisons pas que secourir et réinsérer ces rescapés mais nous nous efforçons aussi de traiter les causes profondes de la traite des personnes et de l’esclavage dans les communautés côtières d’origine. Nous utilisons notre approche holistique pour mettre fin au trafic d’enfants dans l’industrie de la pêche ghanéenne, pour réduire l’esclavage des enfants et promouvoir les droits des enfants», déclare James Kofi Annan, président de Challenging Heights.


À propos de Challenging Heights

Challenging Heights est une organisation non gouvernementale à but non lucratif qui œuvre pour protéger les droits des enfants et mettre fin à la traite des enfants; elle a été fondée en 2005 par une ancienne victime du travail des enfants. Ses principaux efforts sont consacrés à la lutte contre le trafic d’enfants qui sont contraints de travailler dans l’industrie de la pêche sur le lac Volta.

 Au Ghana, l’OIT a apporté au gouvernement et aux partenaires sociaux un appui technique dans la lutte contre le trafic d’enfants, y compris pour élaborer une législation anti-traite. L’OIT s’est notamment associée au Syndicat des travailleurs agricoles du Ghana (GAWU) et à l’Association des pêcheurs de canotage dans les eaux intérieures pour combattre le travail des enfants dans l’ensemble de la filière des produits de la pêche.