50 pays pour la liberté

La campagne 50 for Freedom a franchi une étape importante: convaincre les 50 premiers pays de ratifier le protocole de l’OIT sur le travail forcé!

Rejoignez nos supporters pour fêter cela!

 

Nous avons franchi une étape importante dans la lutte contre le travail forcé!

50 pays ont désormais ratifié le protocole sur le travail forcé, démontrant ainsi leur détermination à mettre fin au travail forcé sous toutes ses formes. Ils se sont engagés à prévenir le travail forcé, à protéger les victimes et à leur garantir l’accès à la justice et aux voies de recours.

Guy Ryder, Directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT)

50 ratifications! Ça mérite d’être fêter!

Félicitations à l’OIT! Le protocole de l’OIT est essentiel et tous les gouvernements sont appelés à le ratifier dans le cadre de la lutte contre l’esclavage moderne.

Sharan Burrow, Secrétaire générale de Confédération syndicale internationale (CSI)

Nous ne pouvons pas isoler la réalité du travail forcé de la réalité des affaires.

Le fait que nous ayons actuellement 50 ratifications du protocole est le début d’un chemin vers plus de résultats.

Roberto Suárez Santos
, Secrétaire général de l’Organisation internationale des employeurs (OIE)

Nous espérons que tous les pays suivront notre exemple.

ONotre souhait est de voir tous les pays du monde engagés dans un mouvement d’ensemble pour éradiquer à jamais le travail forcé.

Mohamed Boucha, Ministre de l’Emploi du Travail et de la Protection sociale du Niger

Personne ne mérite d’être exploité ou traité comme une marchandise.

50 pays ont choisi la liberté et ont ratifié le protocole de l’OIT sur le travail forcé. Mais notre engagement pour redonner espoir aux millions de personnes prises au piège de l’esclavage moderne ne doit pas s’arrêter à ces 50 ratifications.

Wagner Moura, Acteur et Ambassadeur de bonne volonté de l’OIT sur le travail forcé

Nous pouvons mettre fin à l’esclavage moderne et nous le ferons.

Ensemble, nous devrions nous engager pour faire de l’esclavage une histoire ancienne. Nous devrions être la dernière génération témoin de l’esclavage. Nous le ferons.

Kailash Satyarthi, Prix Nobel de la Paix

Nous sommes tous liés à l’esclavage.

Le message est fort et clair: ceux d’entre nous qui sont en charge de façonner et d’influencer la législation doivent prendre leurs responsabilités et faire de l’éradication du travail forcé une priorité politique.

Leonardo Sakamoto, Journaliste et militant

Slavery is often hidden in plain sight.

Nous avons tous un rôle à jouer pour mettre fin à l’esclavage. Que nous soyons journalistes, militants, photographes, acteurs… nous avons tous le pouvoir de nous lever pour mettre fin à l’esclavage.

Lisa Kristine, Photographe humanitaire

En savoir plus:

 

Partagez ce que vous avez appris