>

La Côte d’Ivoire renouvelle son engagement envers les normes internationales du travail

11 décembre 2019

Le 1er novembre 2019, le gouvernement de la Côte d’Ivoire a ratifié le Protocole de l’OIT sur le travail forcé, devenant le 41ème pays au monde à le faire.

Photo: Jbdodane

©lisakristine.com

«La ratification du Protocole démontre que l’amélioration des conditions de vie et de travail font partie des priorités du gouvernement ivoirien» , a déclaré Mr Pascal Kouakou ABINAN, Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale.

«La Côte d’Ivoire renforce son engagement formel en faveur de la promotion et de la mise en œuvre des droits fondamentaux au travail et de l’éradication définitive du travail forcé en ratifiant le Protocole sur le travail forcé », s’est félicité Guy Ryder. Directeur général du BIT.

En ratifiant le Protocole relatif au travail forcé, la Côte d’Ivoire réitère son ferme engagement à lutter de façon effective et durable contre toute forme de travail forcé ou obligatoire, y compris la traite des personnes.

D’après les estimations mondiales de l’OIT, il y aurait près de 25 millions de personnes victimes de travail forcé dans le monde, dont près de 14% en Afrique. Ce qui signifie qu’en Afrique, il y aurait 2,8 personnes sur 1000 en travail forcé.

A ce jour, 41 pays ont ratifié le Protocole, dont 10 en Afrique. Le Protocole exige de ces gouvernements de prendre des mesures efficaces pour prévenir le travail forcé et assurer aux victimes une protection ainsi que l’accès à des mécanismes de recours et de réparation appropriés.

En 2016, la Côte d’Ivoire a renforcé sa législation en adoptant une loi relative à la traite des personnes, qui comprend des mesures de prévention, de répression des auteurs et de protection et d’assistance aux victimes. Cette loi définit de manière détaillée les éléments constitutifs du crime de traite des personnes à des fins d’exploitation sexuelle et de travail forcé. En outre, elle a permis l’institution d’un Comité national de lutte contre la traite des personnes, en avril 2017. La Côte d’Ivoire a également élaboré une Stratégie nationale de lutte contre la traite des personnes, assortie d’un Plan d’action national pour la période 2016-2020.

Cette ratification témoigne d’un engagement renouvelé en faveur des normes internationales du travail. Elle intervient durant une année clé puisque l’OIT célèbre ses 100 ans. De plus, cette ratification contribue à la réalisation de la cible 8.7 des Objectifs développement durable visant à éradiquer le travail forcé, l’esclavage moderne, la traite des êtres humains et le travail des enfants.