>

Les nouvelles évaluations en ligne aident les travailleurs migrants à éviter les recruteurs sans scrupules

12 avril 2018

Une nouvelle plateforme numérique, à destination des travailleurs migrants, fournit des évaluations par les pairs des agences de recrutement. En aidant les travailleurs migrants à ne pas tomber dans le piège des fausses promesses, ce site web constitue un précieux outil pour combattre l’esclavage moderne.

©lisakristine.com

Bishnu, un jeune Népalais avait entendu les promesses faites par un agent de recrutement de son village pour un bon travail en Malaisie.

«L’agent de recrutement m’avait promis que j’aurais un emploi bien payé en tant qu’ouvrier d’usine en Malaisie. J’ai fait un emprunt et lui ai versé près de 1 500 dollars mais, quand je suis arrivé dans le pays, on m’a donné un poste de peintre avec un salaire bien inférieur.

J’ai essayé de refuser ce travail et d’obtenir le poste qui m’avait été promis. Mais le contremaître m’a dit que je devais travailler sinon je devrais lui verser 1 300 dollars de dédommagement. J’ai contacté l’agent de recrutement au Népal et il a promis de parler à l’entreprise – mais il ne l’a jamais fait.

J’ai travaillé comme peintre pendant trois mois et pendant cette période je n’ai touché qu’un mois de salaire. Le contremaître m’a dit qu’il retenait mon salaire en garantie pour que je ne quitte pas l’entreprise. J’y suis resté encore huit mois et n’ai reçu que cinq mois de salaire. Enfin, je me suis rendu à l’Ambassade du Népal et j’ai réussi à rentrer chez moi».

Si des millions de travailleurs émigrent en quête d’une vie meilleure pour eux et leurs familles, beaucoup trop d’entre eux sont piégés comme Bishnu par de fausses promesses formulées par des agences de recrutement sans scrupules, qu’il s’agisse d’emplois fictifs, de bas salaires ou de conditions de travail dangereuses, qui les prennent au piège du travail forcé, de la servitude pour dette et d’autres formes d’esclavage moderne.

Une nouvelle plateforme numérique a été mise en place pour contribuer à protéger les travailleurs migrants des pratiques d’emploi abusives en leur fournissant des évaluations par leurs pairs sur les agences de recrutement de leur pays d’origine et de leur pays de destination.

La plateforme Recruitment Advisor (conseil en recrutement), élaborée par la Confédération syndicale internationale (CSI), avec l’appui de l’Initiative de l’OIT pour un recrutement équitable, recense des milliers d’agences au Népal, aux Philippines et en Indonésie.

La plateforme permet aux travailleurs de déposer des commentaires sur leurs expériences, de noter les agences de recrutement et d’apprendre quels sont leurs droits. Pour le moment disponible en anglais, indonésien, népalais et tagalog, elle sera bientôt développée dans d’autres langues.

Les gouvernements ont fourni la liste des agences agréées et un réseau de syndicats et d’organisations de la société civile de tous les pays concernés garantit la pérennité de la plateforme en sensibilisant les travailleurs en leur parlant de leurs droits.

Les agences de recrutement, publiques et privées, quand elles sont correctement réglementées, jouent un rôle important dans le fonctionnement efficace et équitable du processus migratoire ainsi que des marchés du travail dans les pays de destination, en mettant en lien les travailleurs recherchés et les besoins spécifiques de main-d’œuvre et des marchés du travail; elles développent ainsi des ressources aux compétences inestimables pour les pays et les communautés d’origine quand les travailleurs rentrent chez eux.

En définitive, Recruitment Advisor favorisera les recruteurs qui respectent un processus de recrutement équitable, basé sur les Principes généraux et directives opérationnelles de l’OIT concernant le recrutement équitable, et fournira des commentaires utiles aux gouvernements sur les pratiques des agences de recrutement agréées, qui pourront être utilisés pour compléter les systèmes de contrôle plus traditionnels.

Le recrutement est une étape délicate parce que les travailleurs migrants sont très vulnérables face aux pratiques abusives. «Les agences de recrutement sans scrupules tirent parti du défaut d’application de la législation par les gouvernements ou du simple fait que les travailleurs ne connaissent pas leurs droits», déplore la Secrétaire générale de la CSI, Sharan Burrow. «Il est temps de donner aux travailleurs le pouvoir de noter les agences de recrutement et de montrer si elles tiennent leurs promesses en matière d’emploi et de rémunération».

Généralement, de nombreux travailleurs, comme Bishnu, ignorent qu’ils ne devraient pas payer de frais de recrutement pour obtenir un poste. Ce principe est fondamental et a été recensé comme l’un des principes généraux de l’OIT pour garantir un recrutement équitable.

«Cette plateforme peut aider les travailleurs migrants à faire des choix déterminants lorsqu’ils planifient leur parcours pour partir travailler à l’étranger. Nous savons que lorsqu’un travailleur est recruté de manière équitable le risque de finir comme victime du travail forcé est drastiquement réduit», explique la responsable technique de l’OIT, Alix Nasri. «Nous encourageons vivement les travailleurs à partager leurs expériences afin que d’autres puissent en tirer les leçons. Nous avons besoin d’une masse critique d’évaluations pour que la plateforme soit réellement utile aux migrants».

«Une main-d’œuvre organisée ne peut pas être asservie mais, quand la gouvernance est défaillante et que la législation n’est pas appliquée, le terreau de l’esclavage est fertile. Ensemble, nous ferons cesser les pratiques de recrutement frauduleuses, nous éliminerons l’esclavage des chaînes d’approvisionnement et nous mettrons fin à l’esclavage moderne», affirme Sharan Burrow.

Avec l’aide de la Fédération générale des syndicats népalais (GEFONT), Bishnu a déposé plainte auprès du ministère de l’Emploi à l’étranger contre l’agent et l’agence de recrutement pour ne pas lui avoir fourni l’emploi ni le salaire promis, et pour réclamer le paiement des salaires non versés.

Pour en savoir plus